Pourquoi faire un bilan de compétences après 10 ans de carrière ?

Après 10 ans de carrière, que ce soit dans la même entreprise ou dans le même secteur d’activité, vous pouvez avoir l’impression de tourner en rond, de ne plus progresser. Les journées au travail se ressemblent, elles sont scandées par un rythme identique : le fameux « métro, boulot, dodo ». Ce schéma répétitif s’est installé progressivement, sans que vous vous en soyez rendu compte. Et vous vous sentez un peu las de cette routine. Vous n’apprenez plus, ou plus autant qu’avant. Votre expertise s’est certes développée, mais votre énergie n’est plus la même qu’il y a 10 ans, lorsque vous êtes entré sur le marché du travail, ou dans cette nouvelle entreprise qui vous faisait rêver. Vous ne vous sentez plus challengé, les défis ne vous motivent plus, et ce dernier rapport à rédiger, vous le remettez à demain une fois encore. 

Vous pouvez ressentir une baisse d’énergie, de la difficulté à vous lever le matin ; une forme de fatigue chronique s’est installée. Elle peut même se traduire par un sentiment d’inutilité ou l’impression de se sentir dépassé ou désinvesti de la stratégie managériale de votre entreprise. 

Que sont devenus vos rêves? Votre envie de changer le monde ? Votre dynamisme des débuts ? Votre énergie qui vous caractérisait tant ?  

Par peur, par confort, ou tout simplement par habitude, vous êtes rentré dans ce rond-rond quotidien, dans ce train-train qui a ses avantages mais qui peut aussi vous donner le sentiment d’être embourbé. 

Vous avez tenté de répondre plusieurs fois à ces questions, mais en vain. C’est pourquoi le bilan de compétences est fait pour vous. Grâce au questionnement d’un tiers (le coach), vous allez pouvoir sortir des schémas répétitifs. Sans un tiers, vous resterez enfermé dans ce cercle de questions, repassant les hypothèses à l’infini. 

Vous allez, grâce au bilan de compétences, redonner une nouvelle énergie à votre quotidien professionnel, retrouver le dynamisme des débuts, comprendre comment redonner du sens à votre métier. Celui-ci va vous permettre de mieux comprendre comment vous fonctionnez mais aussi comment les autres fonctionnent; il vous permettra également d’expérimenter de nouvelles voies, de renouer avec le rêve, tout en fabriquant le cadre de demain, celui qui portera votre épanouissement dans le cadre professionnel. 

1- Un bilan pour comprendre 

En premier lieu, le bilan de compétences est un temps que vous vous accordez pour faire le point sur votre carrière, prendre le temps de regarder en arrière. Dans un monde qui va toujours plus vite, qui vous demande d’être toujours plus performant, le bilan de compétences s’inscrit dans une parenthèse qui vous autorise à prendre votre temps, à prendre du recul. 

Durant cette parenthèse, vous pourrez travailler sur le regard que vous portez sur vos 10 ans de carrière. Celle-ci ne se limite pas à votre dernier poste, ou votre dernière année d’expérience. Le chemin a été long pour arriver jusqu’ici. Alors comment l’analysez-vous ? Par quelles victoires et par quels écueils êtes vous passé ? De quels succès voulez-vous vous rappeler ? Qu’avez-vous appris ? Quelles pratiques ne reproduirez-vous pas ? Lesquelles conserverez-vous à l’avenir ? 

Il pourra également vous faire prendre conscience des compétences que vous avez acquises, tant sur un plan formel (comme par exemple rédiger un compte-rendu de réunion ou faire des propositions clients), que sur un plan informel (apprendre à gérer une équipe, un client, un projet, s’adapter aux imprévus, etc). 

De plus, en s’appuyant sur un questionnaire de personnalité, vous pourrez apprendre à identifier vos points forts, vos talents, vos ressources. Sur quoi pouvez-vous vous appuyer pour gérer les situations difficiles qui peuvent se présenter au travail ? Par exemple en situation de conflit entre deux membres de votre équipe. 

Le professionnel vous accompagnant vous amènera à mettre des mots sur vos fonctionnements préférés, sur les conditions vous permettant de vous épanouir au travail. Il pourra également vous faire travailler sur vos leviers personnels de motivation et sur la question du sens au travail. Qu’est-ce qui vous donne envie de vous lever le matin ? Comment mobiliser son énergie au quotidien ? au service de quoi ? que recherchez-vous prioritairement dans le cadre professionnel? 

Il pourra également vous accompagner dans la compréhension des autres et de votre environnement au sens large. Vous serez alors en mesure de mieux comprendre les réactions des membres de votre équipe ou des professionnels au sens large avec qui vous interagissez, vous appuyer sur les talents de chaque individu de votre équipe, et mieux communiquer avec eux. Découvrir comment les autres vous perçoivent permet de se mettre à la place de l’autre, de projeter son regard sur vos décisions et vos comportements, et ainsi de les rendre plus compréhensibles et acceptables. 

2 – Un bilan pour expérimenter 

Le bilan de compétences peut également être le lieu de l’expérimentation. Celle-ci peut prendre plusieurs formes. 

Vous pouvez par exemple apprendre à sortir de votre zone de confort, par l’intermédiaire de challenges à remplir. Définir un challenge est très personnel, car en fonction de chacun, la zone de confort n’est pas la même. En réalisant ces challenges, vous vous rendrez compte des ressources que vous avez et que sortir de votre zone de confort crée un sentiment de réussite et alimente la confiance en soi. Vous comprendrez également que les peurs que vous aviez préalablement à la mise en oeuvre du challenge n’étaient pas fondées et qu’elles se sont évaporées en le réalisant. Ce schéma est identique dans la vie professionnelle (et dans la vie « tout court » d’ailleurs). En effet, vous vous rendrez compte qu’il n’est pas si difficile de changer de poste, d’entreprise, ou même de secteur. Qu’il n’est pas si difficile de rencontrer de nouvelles personnes, de développer de nouvelles compétences. 

Autre expérimentation possible dans le cadre du bilan de compétences : le rêve. Renouer avec le rêve dans notre société actuelle n’est pas chose aisée, car le rationnel est partout et personne ne vous autorise plus à rêver. Or, le rêve est une source d’énergie significative. C’est le rêve qui nous fait avancer, nous mobiliser, prendre des décisions. Qui ose renouer avec ses rêves ? De quoi rêviez-vous adolescent? désormais qu’est-ce qui vous fait rêver? Il ne s’agit pas de rêver uniquement dans l’absolu, mais plutôt de s’imaginer dans un cadre et à une place qui vous correspondent. Ces exercices créeront chez vous une sensation de bien-être. 

De ces exercices d’expérimentation vous pourrez tirer des critères concrets et pragmatiques dans votre quotidien professionnel au service de votre cadre professionnel de demain. 

3 – Un bilan pour créer 

Après avoir compris qui vous êtes, comment fonctionne les autres, et ce dont vous pouvez rêver, vient la dernière phase, celle de la construction. Cette phase, la plus pragmatique et concrète, va vous permettre d’identifier le cadre professionnel le plus adapté à vos besoins. De quoi avez-vous besoin pour vous épanouir au travail ? Identifiez les critères clés et classez les par ordre d’importance. Le coach vous apprendra à prioriser vos besoins. 

Par ailleurs, le bilan doit faire le point sur vos contraintes, c’est-à-dire sur les éléments extérieurs à vous sur lesquels vous n’avez pas d’emprise. Cela implique de savoir différencier la contrainte du choix subi. En effet, souvent les individus ont tendance à dire qu’ils n’ont pas le temps, pas l’argent, ou de façon plus générale pas les moyens nécessaires à leur réussite. Or, très souvent, ils mettent dans la case contrainte quelque chose qui relève du choix. Vous pourrez avec votre coach revisiter le choix, le distinguer de la contrainte, redevenir acteur de ceux-ci, et avoir conscience de quelles sont vos priorités. Par exemple, dire que vous n’avez pas le temps de faire du sport est à nuancer. Au regard de votre emploi du temps et de vos priorités, vous avez décidé de faire passer le sport après votre travail, votre vie de famille, vos diners entre amis, votre temps de sommeil, etc. Vous pourriez décider de la faire passer en priorité et vous lever tous les matins une heure plus tôt. C’est donc un choix. En revanche, le fait que votre enfant aille à l’école et que cela vous coûte X euros par mois peut être vu comme une contrainte (la société vous impose que votre enfant aille à l’école – après le choix de l’école est à différencier).

Vous apprendrez enfin à concilier l’ensemble de ces critères et contraintes pour créer un environnement harmonieux et cohérent. Lorsque ces éléments auront été bien identifiés, ils devront être confrontés à la réalité que vous vivez. Votre cadre de travail répond-il à ces critères? Dans quelle mesure pouvez vous modifier les paramètres de votre emploi pour qu’ils y répondent ? Dans l’hypothèse inverse, quelles autres opportunités professionnelles pourraient correspondre à vos critères ? 

Enfin, dans l’hypothèse où votre emploi actuel ne correspondrait pas ou plus à vos attentes et critères, le professionnel vous accompagnant pourra vous aider à effectuer la transition vers un autre emploi, mais ceci fait généralement l’objet d’un accompagnement distinct.